Structuration des activités de recherche

Départements

Le département MAST - Matériaux et structures
Les laboratoires du département MAST

  • LAMES - Laboratoire auscultation, modélisation, expérimentation des infrastructures de transport
  • CPDM - Comportement physico-chimique et durabilité des matériaux
  • EMGCU - Expérimentation et modélisation pour le génie civil et urbain
  • FM2D - Formulation, microstructure, modélisation et durabilité des matériaux de construction
  • GPEM - Granulats et procédés d'élaboration des matériaux
  • MIT - Matériaux pour infrastructures de transport
  • NAVIER - UMR Ecole des ponts ParisTech / Centre national de la recherche scientifique / Ifsttar

Le département GERS - Géotechnique, environnement, risques naturels et sciences de la terre
Les laboratoires du département GERS

EE - Eau et environnement

GEOEND - Laboratoire Géophysique et Évaluation Non Destructive

GMG - Géomatériaux et Modèles Géotechniques

ISTERRE - Institut des Sciences de la Terre

NAVIER - UMR Ecole des ponts ParisTech / Centre national de la recherche scientifique / Ifsttar

SRO - Sols, Roches et Ouvrages géotechniques

SV - Séismes et vibrations

RRO - Laboratoire Risques rocheux et ouvrages géotechniques

Le département COSYS - Composants et systèmes
Les laboratoires du département COSYS

ESTAS - Évaluation des Systèmes de Transports Automatisés et de leur Sécurité

GRETTIA - Génie des Réseaux de Transport Terrestres et Informatique Avancée

LÉOST - Laboratoire Électronique Ondes et Signaux pour les Transports

LEPSIS - Laboratoire Exploitation, Perception, Simulateurs et Simulations

LICIT - Laboratoire d'Ingénierie Circulation Transport

LISIS - Laboratoire Instrumentation, Simulation et Informatique Scientifique

LIVIC - Laboratoire sur les interactions véhicules-infrastructure-conducteurs

TEMA - Technologies pour une Electro-Mobilité Avancée

MACSI - Matériaux, assemblages, composites, structures instrumentées

SII - Structures et instrumentation intégrée

Le département TS2 - Transport santé sécurité
Les laboratoires du département TS2

LBA - Laboratoire de Biomécanique Appliquée

LBMC - Laboratoire de Biomécanique et Mécanique des Chocs

LESCOT - Laboratoire Ergonomie et Sciences Cognitives pour les Transports

LMA - Laboratoire Mécanismes d'Accidents

UMRESTTE - Unité Mixte de Recherche Épidémiologique et de Surveillance Transport Travail Environnement

Simu & Moto - Simulateurs & Motocyclettes

Le département AME - Aménagement, mobilités et environnement
Les laboratoires du département AME

DEST - Dynamiques Économiques et Sociales des Transports

EASE - Laboratoire Environnement-Aménagement, Sécurité et Eco-conception

GÉOLOC - Géolocalisation

LPC - Laboratoire de psychologie des comportements et des mobilités

LTE - Laboratoire Transports et Environnement

LVMT - Laboratoire ville, mobilité, transport

SPLOTT - Systèmes Productifs, Logistique, Organisation des Transports, et Travail

UMRAE - Laboratoire d’acoustique environnementale

Afin de répondre aux enjeux sociétaux, l’Ifsttar poursuit la structuration de ses activités de recherche et en favorise la coordination.

Les évolutions internes des structures de recherche font partie intégrante de la vie d’un institut de recherche pour mieux s’adapter aux thématiques scientifiques tout en prenant en compte les aspirations et envies des personnels des laboratoires.

Une équipe de recherche en émergence Simu&Moto (Simulateurs & Motocyclettes) a été créée en 2017 au sein du département TS2 avec comme thématique principale la simulation de conduite des deux-roues motorisés. L’équipe se concentre sur la formalisation de son projet scientifique qui pourra éventuellement s’intégrer à terme dans un laboratoire ou une unité mixte de recherche existant.

Le laboratoire GEOLOC, qui mène des recherches et expertises sur les méthodes et systèmes de géolocalisation, a migré du département COSYS vers le département AME. Il a fait évoluer son projet scientifique pour non seulement répondre aux défis technologiques et sociétaux liés aux transitions numériques et à une plus grande connectivité de tous les acteurs du transport, mais aussi afin d’accompagner l’évolution des pratiques de mobilité et des moyens de transport. Il se positionne ainsi en plus grande proximité avec les usages de la mobilité.

Au sein du département MAST, un nouveau laboratoire EMGCU (Expérimentation et modélisation pour le génie civil et urbain) a été créé début 2018 par la fusion de deux laboratoires dont les thématiques scientifiques étaient proches : EMMS (Expérimentation et modélisation des matériaux et des structures) et SDOA (Sécurité et durabilité des ouvrages d'art). Cette fusion a donné lieu à des discussions menées tout au long de l’année 2017 pour formaliser le projet scientifique du laboratoire unifié. EMGCU concentre son activité sur les ouvrages d’art et tous les aspects liés au vieillissement de ces infrastructures : développement de pathologies et compréhension des phénomènes conduisant à des désordres (fissuration…), estimation de leur durée de vie et gestion optimale de leur cycle de vie.

Les coopérations avec des partenaires extérieurs

Les coopérations avec des partenaires extérieurs contribuent aussi à la structuration des activités de recherche. Elles sont favorisées là où elles sont scientifiquement pertinentes et permettent de construire plus vite les équipes réunissant les compétences nécessaires aux problématiques scientifiques émergentes. L’Ifsttar noue des partenariats sous diverses formes. En 2017, une Équipe Commune de Recherche (ERC) a été créée avec Agrocampus Ouest entre le laboratoire Eau Environnement à Nantes (département GERS) et le laboratoire Environnement physique de la plante horticole à Angers. Intitulée VESPA (Ville eau sol plante atmosphère), cette ERC constitue la première équipe de recherche sur les plantes et les sols en ville. Par ailleurs, une neuvième unité mixte a été créée sur l’acoustique environnementale, avec le Cerema, concrétisant ainsi des collaborations anciennes entre les équipes. Un projet d’UMR a été également présenté pour évaluation par l’Hcéres en psychologie, projet d’UMR entre le laboratoire Psychologie des comportements (département AME) et le Laboratoire Adaptations Travail-individu de l’Université Paris Descartes.

Lancement de quatre projets fédérateurs

Le lancement de quatre projets fédérateurs vise à favoriser au sein de l’Institut des recherches interdisciplinaires et transversales aux laboratoires des cinq départements. Ils doivent par ailleurs rendre l’Ifsttar visible sur des problématiques actuelles à forts enjeux sociétaux.

Projets Fédérateurs_img

Le projet fédérateur Ville 2050 s’attèle à la conception des villes durables et « vivables » de demain, en particulier dans le cadre des transitions climatique et énergétique et en vue de respecter les objectifs fixés en 2050 sur la limitation des impacts environnementaux des villes.

Comment tendre vers une mobilité pour tous, vers une ville sobre en énergie et en ressources et à faibles impacts environnementaux tout en la rendant adaptable et résiliente ?

Le projet fédérateur Mobilités et transitions numériques s’intéresse aux transitions numériques en cours qui ont déjà et auront encore demain des conséquences majeures dans le domaine des mobilités. Il traite de l’émergence des technologies numériques pour une mobilité connectée, en visant à montrer comment il est possible d’étudier la mobilité à partir du numérique et à analyser comment les acteurs et les territoires sont confrontés aux opportunités ouvertes par le numérique.

Le projet fédérateur Voyageur virtuel vise à simuler le comportement humain pour prévoir les impacts de la mobilité de demain. Ces simulations portent sur les nouvelles régulations du trafic, les aides à une conduite de plus en plus déléguée, les véhicules autonomes, mais aussi les réactions et comportements face à ces nouveaux véhicules et aménagements.

Le projet fédérateur Infrastructures pour la transition énergétique porte sur l’adaptation des infrastructures au changement climatique, la prolongation de leur durée de vie, leur surveillance et leur montée en « intelligence », la diminution des coûts de maintenance et la préservation du patrimoine.

En 2017, des séminaires de lancement ont eu lieu pour chacun de ces projets, réunissant un grand nombre de participants, ils ont permis aux différentes équipes d’échanger sur leurs travaux et d’envisager de nouvelles pistes communes. Ils sont portés par des équipes de trois chercheurs et les avancées des travaux sont capitalisées par un comité opérationnel.

Outre les projets fédérateurs, la direction scientifique encourage les collaborations structurantes de recherche avec des partenaires, les animations de réseaux et les initiatives ciblées de jeunes chercheurs ou de sujets de recherche émergents. En 2017, 11 initiatives ciblées, 3 collaborations de recherche et 1 animation de réseau ont été lancées. Cette même année, 4 animations de réseaux, 5 initiatives ciblées, 7 collaborations de recherche se sont clôturées en organisant 5 séminaires de restitution des travaux.